Bureau du Cadastre Minier de Madagascar, sponsor officiel du Salon des Mines, du Pétrole et de l’Equipement 2018.

SALON_DES_MINES_2018_OMb-2Le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar a sponsorisé la 2ème édition du Salon des Mines, du Pétrole et de l’Equipement qui s’est tenu au Mining Business Center à Mamory Ivato du 13 au 15 avril 2018. Cette édition qui a accueilli une cinquantaine d’entreprises opérant dans les secteurs minier, pétrolier et équipement a offert à toutes les parties prenantes l’opportunité de faire le point sur les enjeux, les défis et les perspectives de l’industrie extractive malgache. Présentations perspicaces et débats stimulants ont marqué ces trois jours au cours desquels sont ressorties certainement des conclusions encourageantes s’inscrivant en droite ligne de l’atteinte des objectifs de notre politique minière.

Le BCMM a tiré grand profit de cet événement d’envergure nationale pour faire connaître au public le Mining Business Center, l’hôte de ce Salon, qui est une structure du BCMM dédiée à la promotion minière malgache.

C’est pourquoi le BCMM tient à exprimer sa satisfaction quant à la tenue au MBC de ce Salon des Mines, du Pétrole et de l’Equipement qui matérialise la volonté commune de l’équipe organisatrice du Salon, des sponsors, des partenaires institutionnels, des acteurs du secteur privé et de tous les intervenants aux conférences de promouvoir le développement du secteur extractif malgache et d’accorder ainsi une place importante au rôle des partenariats public-privé dans le développement économique de Madagascar.

 

 

The Mining Show Dubai, Madagascar face aux investisseurs étrangers

The_Mining_Show_Dubai_0159Le Mining Business Center ou MBC, qui rend hommage à la richesse du sous-sol Malagasy par son charisme architectural unique et sa modernité, a été inauguré par son Excellence Monsieur Hery RAJAONARIMAMPIANINA, Président de la République de Madagascar, le 1er septembre 2017 et est déjà fonctionnel. Il présente une toute nouvelle vision de la promotion du secteur minier Malagasy parfaitement adaptée au monde d’aujourd’hui, il est donc devenu fondamental de promouvoir ce Mining Business Center à l’échelle internationale.

Madagascar a été représenté au « The Mining Show », organisé par TERRAPINN Holdings Ltd se tenait à Dubaï le 02 et 03 octobre 2017. Cet événement d’envergure internationale dédié au secteur minier du Moyen Orient, de l’Afrique et de l’Asie constituait une plateforme idéale pour la promotion et la commercialisation du Mining Business Center.

En effet, cette conférence a réuni plus de 2.000 visiteurs issus de 66 pays du monde entier dont 200 officiels membres de Gouvernement et plus de 100 exposants. La délégation Malagasy a pu présenter durant cet événement et devant une assistance d’experts la situation du secteur minier Malagasy ainsi que le projet Mining Business Center, présentation donnée par Monsieur RAMANANTOANINA Mamy, Conseiller Technique au niveau du Ministère auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole. Prochainement, Madagascar sera représenté aux « Mines and Money London », du 27 au 30 novembre prochain ainsi qu’à l’édition 2018 du Mining INDABA à Cape Town et au PDAC à Toronto.

Mining Business Center : 20 milliards Ar pour la construction d’un bâtiment high-tech

LCADASTRE-300x300’objectif étant d’augmenter la valeur ajoutée des substances minières en promouvant l’exportation des produits transformés tout en assurant leur traçabilité. Cela servira également de porte d’entrée aux investisseurs miniers à Madagascar.

Dans le cadre de la promotion du secteur minier au niveau national et international, le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar (BCMM) en étroite collaboration avec le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, mettra en place le Mining Business Center à Mamory Ivato. « Il s’agit d’une plateforme d’interactions entre les opérateurs et toutes les parties prenantes de ce secteur. C’est en même temps un catalyseur de développement permettant de simplifier les démarches administratives au même titre qu’un guichet unique », a expliqué Ratsimbazafy David, le Directeur général du BCMM lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Carlton.

Financement propre. « Construit sur une surface bâtie de 6 600 m², ce Mining Business Center constitue un bâtiment high-tech connecté en fibre optique et autonome énergétiquement grâce aux installations hybrides solaire et thermique. Et les travaux de construction ont coûté la bagatelle de 20 milliards d’Ariary, issus d’un financement propre de notre établissement public », a-t-il poursuivi. En fait, cette plateforme comprend un hall spacieux et élégamment décoré servant à organiser divers événements tels que les foires et les expositions. On y trouve également un amphithéâtre de 1 000 places qui convient parfaitement pour les conférences, les assemblées générales, les événements d’entreprises, ou bien les spectacles. Et à part les quatre salons VIP qui y sont installés, une galerie commerciale composée de 32 box à vocation de promotion a été mise en place sans oublier un restaurant. Mais ce n’est pas tout ! Il y aura une bibliothèque et une cartothèque dédiées au secteur minier, un espace dédié aux institutions bancaires et les bureaux de change ainsi qu’un musée sur les industries extractives à Madagascar.

1 tonne 400 kg d’or déclarés. Par ailleurs, le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah a soulevé que le secteur minier constitue un levier de développement de la nation, mais sa part de contribution au PIB reste encore faible même si cela a augmenté de 2,12% à 4,12%. En effet, « les produits miniers exportés qui sont déclarés officiellement sont minimes, et ce, en raison des trafics illicites. Une stratégie d’assainissement est déjà menée afin d’assurer la meilleure gestion des ressources minérales. Des résultats encourageants ont été déjà enregistrés au niveau du secteur aurifère. En effet, si la quantité d’or destinée à l’exportation n’a jamais atteint les 100 kg depuis l’Indépendance de Madagascar, les statistiques en 2016 ont affiché que 586 kg d’or exportés ont été déclarés. Et nous avons atteint la première tonne d’or d’exportation déclarée officiellement le premier semestre de cette année. Plus précisément, une déclaration d’une tonne et 400 kg d’or ont été exportée. En outre, la mise en place de ce Mining Business Center contribue à assurer la traçabilité des pierres précieuses et industrielles ainsi que des métaux précieux et industriels depuis les sites d’exploitation, en passant par le lieu de transformation jusqu’à leur exportation », a enchaîné le ministre de tutelle.

Retombées positives. D’autant plus, il y aura un lieu sécurisé comprenant entre autres des équipements high-tech, des détecteurs de métaux, des accès magnétiques et des contrôles de caméra de surveillance, pour assurer les transactions minières. « L’objectif étant d’augmenter la valeur ajoutée des substances minières en promouvant notamment l’exportation des produits transformés. Et des retombées économiques positives pour les communautés et les communes concernées par l’exploitation minière seront tirées. Nous faisons ainsi appel aux opérateurs économiques intéressés à l’opérationnalisation de ce Mining Business Center qui est prévu le début de septembre prochain », a conclu le directeur général de BCMM.

 

 

 

source  midi

MINING ON TOP AFRICA SUMMIT 2017 « Building shared value through mining investment »

Dans le cadre de la promotion minière au niveau international, définie par le nouveau statut du Bureau du Cadastre Minier de Madagascar, plusieurs participations aux évènements miniers internationaux ont été effectuées depuis l’année dernière.

Toujours dans le but de rechercher d’autres opportunités pour le secteur minier Malagasy, nous avons représenté Madagascar, à travers le BCMM au  MINING ON TOP AFRICA SUMMIT 2017 à Frankfurt en Allemagne du 06 au 07 Juillet  dernier.

“Building shared value through mining investment”, telle a été la devise de ce sommet  visant à promouvoir les investissements miniers en Afrique.

Notre objectif premier est de renforcer, par notre présence à ce sommet, l’image d’un secteur minier Malagasy attractif et ouvert aux investissements. Nous visons également d’attirer l’adhésion des  investisseurs au lancement et à la propulsion du Mining Business Center (MBC) qui sera incessamment opérationnel. De surcroit, nous prônons le renforcement des coopérations et  les échanges d’expériences avec les pays frères Africains et les autres partenaires.

Une trentaine de conférenciers ont pris la parole et présenter leurs projets ou leurs pays pendant  ce MINING ON TOP AFRICA SUMMIT 2017. D’un côté, les pays Africains représentés à la conférence ont pu faire la « publicité » de leur potentiel minier, de l’évolution de leurs secteurs miniers respectifs et de l’attractivité de leurs cadres légales. De l’autre côté les investisseurs, les fournisseurs, les experts et d’autres parties prenantes ont exposé  leurs capacités et leurs volontés à coopérer davantage avec l’Afrique.

A travers les interventions des conférenciers, l’instabilité mondiale actuelle des prix des produits miniers pousse certains Etats à prendre des mesures  visant à stabiliser les recettes minières légales qui leur reviennent. Parfois, ces mesures ne considèrent pas  les efforts déjà accomplis par les compagnies minières et sont qualifiés d’anti-investissements ou antiéconomiques. Malgré le ralentissement actuel des activités minières, les financiers sont encore prêts à financer des projets miniers en Afrique. L’existence de projets miniers prometteurs dans quelques pays Africains, comme le Mali ou le Sénégal par exemple, justifie cet engouement des investisseurs.

Les conférenciers ont également précisé la nécessité d’exploiter plus  écologiquement les Mines (green and sustainable mining). Mais surtout, actuellement,  la nécessité d’obtenir l’assentiment des autochtones est vitale pour les projets miniers. Pour cela, les locaux doivent être impliqués dès les phases antérieures à l’exploitation. Leurs soucis et leurs attentes doivent être étudiés et négociés. Les talents locaux doivent être priorisés et exploités au maximum lors de l’implantation des exploitations minières (local content). Un conférencier a même recommandé pour un bon environnement social, la consultation libre et transparente des cahiers des charges des compagnies minières (livres et sur site web).